Qu'est-ce qu'une Marmite Norvégienne (MN) ? Voir la fiche qui explique l'essentiel ici (clic)
Nouveau : Recettes et astuces des ami(e)s du blog : livret téléchargeable ici
- Brochure "militante" pour faire connaître la MN : ici (en construction)

mercredi 20 mars 2013

Enfin un livre sur la Marmite Norvégienne

  Enfin paru !!


Et voilà !  Après nous être libérées de "notre" éditeur qui  rechignait tant à nous publier, n'ayant pas envie de recommencer la triste expérience des refus auprès d'autres maisons d'édition (eh non la Marmite Norvégienne n'est pas -encore ?- un sujet vendeur), Kay Wernet et moi avons décidé de l'éditer... nous-mêmes ! C'est toujours le texte d'origine, mais nous en avons profité pour peaufiner les illustrations et aérer la mise en page, avec les moyens du bord, nous ne sommes pas des pros.

Pour que la Marmite Norvégienne puisse enfin être mieux connue du grand public, nous vous offrons un très large extrait de l'ouvrage en lecture seule : 
Cliquez sur ce lien
( http://issuu.com/cerise13/docs/marmite_norvegienne : Si rien ne se passe actualisez la page : appuyez sur la touche F5 ou clic droit "actualiser")

La mise en page et les images de l'extrait en ligne sont légèrement différentes de l'édition complète en pdf ou sur papier
Si vous souhaitez vous procurer l'édition complète :  
- le pdf complet (nous ne maîtrisons pas la technique pour proposer un e-book) coûte 5 euros. 

- 2 formules "papier" : un livret de 72 pages avec illustrations en couleurs : 15 euros (frais de port en sus).
 un livret de 72 pages avec illustrations en noir et blanc : 7,90 euros (frais de port en sus).


Tout  est expliqué sur cette page
  Bonne lecture, nous attendons vos réactions avec impatience !



 

vendredi 15 mars 2013

Panier-thermos

Décidément, on n'en finit pas de re-découvrir la Marmite Norvégienne...
Dommage que son existence ne soit pas mentionnée dans cet article sympathique et très intéressant par ailleurs :
"Le panier-thermos, le tupperware écolo made in Africa"
CITATION :
[ Adèle et Karine ont entamé un voyage autour du monde pour étudier la vision du monde des journalistes et des entrepreneurs sociaux, le Sparktour. Au Sénégal, elles sont tombées sur une initiative pour laquelle elles ont craqué, le panier Thermos. Découverte.
Après 3 semaines dans le bruit, la pollution et le rythme effréné de Dakar, c’est à bord d’un taxi brousse chauffard et suicidaire (autrement dit tout à fait normal) que nous remontons la côté sénégalaise pour goûter avec plaisir au calme désuet de l’ancienne capitale coloniale, Saint-Louis.
Si elle a perdu de son prestige au profit de Dakar, la petite île de Saint-Louis a encore des ressources à révéler et à exprimer grâce au dynamisme de certaines de ses habitants. Dynamisme culturel à travers ses galeries, festivals et formations artistiques, mais aussi un véritable dynamisme entrepreneurial.
Tête chercheuse
C’est l’une des principales actrices de ce dynamisme que nous avons eu la chance de rencontrer : Abibatou Banda Fall. Elle revient de plus de cinq heures de route, il est huit heures du soir, elle a travaillé toute la journée, mais sa voix est assurée, les termes précis et scientifiques, et elle nous impressionne par son énergie et sa passion.
Cette jeune saint-louisienne est présidente de l’Association pour la Recherche-Action Développement et Environnement au Sahel (ARADES), et travaille depuis 2006 en parallèle de ses études pour regrouper et organiser les femmes de la région en associations de travailleuses.
C’est au cours de ses recherches terrain pour sa thèse en biomasse énergie et stratégie de développement local au Sahel (oui oui) qu’elle découvre le produit Panier Thermos au Burkina Faso.
Le panier thermos, c’est l’alliance technologique dont devaient rêver les ménagères des années 50, la combinaison géniale entre un Tupperware et une cocotte minute. Car le panier thermos ne se contente pas de conserver les aliments, au frais ou au chaud, il peut aussi les cuire (à l’étouffée).
Un produit local, écolo et qui génère de l’emploi
Le produit est entièrement réalisé à partir de matériaux locaux, très peu transformés ou valorisés : paniers de rônier classiques, simple coton et Kaapok, un isolant naturel mais encore inexploité au Sénégal, ce qui ouvre un marché potentiel énorme.
Mais l’impact est avant tout pour les femmes : le panier thermos permet à ces femmes africaines de réaliser de grandes économies de temps et d’énergie. Le plat est tout d’abord cuit de manière traditionnelle pendant un tiers du temps habituel avant d’être mis dans le panier thermos pour terminer la cuisson. Ainsi la femme peut vaquer à ses occupations sans avoir à se préoccuper du feu ou encore réaliser deux plats en même temps. Le panier ne dégage pas d’odeurs, permet une réduction des émissions de gaz à effet de serre, et marche aussi bien pour conserver les plats chauds pour le lendemain, garder une eau chaude pour se laver le matin, conserver un poisson au frais pour éviter qu’il ne se gâte…
Grâce à ce très beau projet, Abibatou Banda Fall a pu décrocher une bourse et une formation du Centre de Recherche Ouest Africain (WARC) financée par l’Ambassade des Etats-Unis.
Le produit est actuellement en phase de test avec plus de 6 associations de femmes avant de pouvoir commercialiser un produit qui soit optimal avec une vraie diversité d’utilisation. Avec Panier Thermos, Abibatou Banda Fall est en train de développer un fort entrepreneuriat féminin dans la région de Saint-Louis. Les femmes sont formées, elles participent à la création d’un marché sur place et s’organisent pour à terme pouvoir ouvrir des boutiques.
Et le résultat est plus que satisfaisant : grâce à ARADES, ses femmes étaient depuis des années sensibilisées au développement de projets à portée sociétale, elles n’avaient besoin que d’une formation et ce sont maintenant de redoutables commerciales qui s’occupent elles-mêmes de diffuser les informations sur leur produit.
On sait pas pour vous, mais nous on est même prêtes à se faire un revival soirée Tupperware après ça ! ]
Je n'ai pas bien compris la référence au célèbre "Tup", ça garde la chaleur maintenant ? On n'arrête pas le progrès...En tous cas, ce qui est génial c'est que les narratrices aient pu constater sur place que, peu importe son nom, la Marmite Norvégienne (je préfère à panier-thermos car thermos est une marque déposée mais c'est peut-être plus "parlant" aux jeunes générations que Marmite Norvégienne) continue son œuvre d'économie de combustible ou d'énergie, et que grâce à elle des femmes ne sont plus esclaves des fourneaux et peuvent vaquer à d'autres occupations pendant que le plat mijote tranquillement.

En savoir plus et explications pour se fabriquer un "panier-thermos" par l'association solasol : http://www.solasol.org/Files/projet_panier_thermos.pdf

dimanche 3 mars 2013

Marmite en céramique


Couvercles adaptés en céramique en vue d'un usage pour la Marmite Norvégienne...

Citation extraite de cette page :
Les poteries et les potiers de Vallauris
1501 _ 1945
Doctorat en histoire des techniques de l'Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales.
Jean Ferdinand PETRUCCI, 1999. Un travail remarquable qui mérite une longue et attentive visite.

Pendant le dernière guerre le manque de combustible, charbon et même bois de chauffe, se fait cruellement sentir.
Le charbon est utilisé pour alimenter les trains et l'industrie de guerre. Le bois manque faute de moyen pour l'acheminer vers les villes.
A Vallauris on fabrique une marmite qui permet d'économiser le combustible. Son corps est celui de la marmite haute*, seule la forme du couvercle change. Son bouton est encastré dans un trou au sommet du couvercle, il ne déborde plus.

La marmite est enchâssée dans une sorte de boite fabriquée avec des copeaux de liège moulés. Pour la solidité la boite est habillée de forte toile.


Marmite Norvégienne.
Dans les parois de la boite des emplacements sont prévus pour l'encastrement des anses de la marmite qui ne changent pas de forme.
Le couvercle de liège est moulé de façon qu'il puisse épouser au mieux la forme du couvercle de la marmite.
L'utilisation de ce système est très simple : il suffit d'amener le contenu de la marmite à ébullition et de l'enfermer dans la boite de liège. Le contenu continue à cuire sans qu'il soit nécessaire, à partir de ce moment d'utiliser du combustible.
Un autre avantage de ce procédé est que quelques heures après le plat est encore chaud.
L'économie de combustible réalisée par ce système est très conséquente et ce genre d'objet se vend pendant toute la guerre et même quelque temps après.
Actuellement il est très difficile de trouver ce genre d'ustensile tous, ou presque, ont disparu.

* décrite sur cette page

  Très intéressant !! Évidemment ici, on reste un peu sur sa faim, mais c'est fascinant d'apprendre que des potiers aient pu fabriquer des couvercles spécialement adaptés pour la Marmite Norvégienne. Dommage qu'il n'y ait pas plus de détails... Déjà, ils avaient compris que l'essentiel de la réussite de la M.N est dans le couvercle : il doit bien fermer, évitant ainsi débordements et surtout perte de chaleur.
Cela mérite une enquête approfondie, peut-être qu'il reste encore quelques exemplaires de ces couvercles ou des traces écrites les concernant ?
A suivre...